Note: ce billet fait partie d’une série sur les maîtres de l’estampe japonaise, retrouvez tous les portraits dans la liste ci-dessous
1. Kunisada: le travailleur acharné
2. Utamaro, passionné de beauté
3. Hiroshige: graveur en série
4. Yoshitoshi: le fou lumineux
5. Hokusai: le vieux fou de dessin
6. Sharaku: l’énigme

estampe d’hiroshige mt fuji

Né à Edo en 1797, Hiroshige s’appelait alors Ando Tokutaro. Son père, Ando Gen’emon, était un samourai-pompier pour le shogun. A l’âge de douze ans, ses deux parents meurent, il rejoint l’école de peinture Utagawa deux ans plus tard. En 1811, soit une année après le début de son apprentissage, il reçoit le nom “Utagawa” pour lequel il aurait normalement dû attendre deux ou trois ans.

La première publication d’Hiroshige est constituée d’illustrations pour un livre, en 1818, à l’âge de 21 ans. Il crée des estampes de style traditionnel jusqu’en 1830, date à laquelle il se lance dans un nouveau genre: le paysage.

paysage d’hiroshige

Une de ses oeuvres majeures est la suite des 53 stations de Tokaido, qu’il conçoit entre 1833 et 1834. Tokaido était une route qui connectait Edo avec Kyoto, et les stations étaient les endroits où les taxes étaient perçues et les voyageurs pouvaient passer la nuit ou manger.

Hiroshige est réputé pour ses séries, dont voici les plus importantes:

  • Fameuses places de Kyoto
  • Les huit vues du lac Biwa
  • Trente-six vues du Mt-Fuji
  • Fameuses places d’Edo
  • Soixante-neuf stations de la route de Kiso
  • Cent fameuses vues d’Edo

carpe d’hiroshige

Bien qu’il réussisse du point de vue commerciale, la société japonaise de l’époque ne semble pas le compter parmi ses artistes les plus talentueux. Ce n’est que plus tard, en Europe, qu’il sera reconnu comme l’un des plus grands maîtres de l’estampe japonaise, probablement le plus célèbre après Hokusai.

Sa fin de carrière est toujours aussi productive, mais les estampes de cette période sont de moins bonne qualité, l’artiste produisant trop vite pour répondre à la demande. Hiroshige meurt du choléra à l’âge de 62 ans, en 1858.

portrait à la mémoire d’Hiroshige
Portrait d’Hiroshige