Un hommage à Mishima. Extraits de sa fin suivis par une mise en scène de cette même mort par lui-même.


Court reportage sur les débuts de carrière de Mishima (en anglais).

Par sa mort spectaculaire, Mishima est devenu malgré lui le témoin d’une époque qu’il n’a pas connu, mais pour laquelle il est mort, celle des geishas, des samourais et de l’empereur. Anachronique, scandaleux, pathétique et splendide, l’écrivain est entré dans la légende d’un geste de désespoir héroïque, luttant pour les valeurs de ce Japon des estampes traditionnelles.

Quelques citations:

Le monde est plein d’engrenages qui manquent. […] mais il me semble à moi, au moins pour ce qui en est de notre globe, que la seule chose qui le fasse tourner sans accroc, c’est le fait qu’ici et là, manquent des engrenages.

Extrait de “Dojoji et autres nouvelles”

Les femmes: bulles de savon; l’argent: bulles de savon; la renommée: bulles de savon. Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.

Extrait de “Pavillon d’Or”

Quiconque manque d’imagination n’a d’autre choix que de fonder ses conclusions sur la réalité qu’il voit autour de lui.